Logo du diocèse de Baie-Comeau
Bienvenue
Au service du diocèse
Message de l'évêque
Informations diocésaines
Formation à la vie chrétienne
Équipes locales
Histoire, géographie, statistiques
Églises et patrimoine
Sites à explorer

Histoire et géographie

Histoire du diocèse | Géographie | Évêques

Le 24 novembre 1945, par décret papal, le vicariat apostolique du Golfe Saint-Laurent devient le diocèse du Golfe Saint-Laurent. Monseigneur Napoléon-Alexandre Labrie, de la congrégation des Eudistes en est le premier évêque. L'évêché du diocèse du Golfe Saint-Laurent est alors localisé à Havre Saint-Pierre.

Érigé au titre de " Préfecture Apostolique du Golfe Saint-Laurent ", le 15 juin 1882, le territoire du futur diocèse de Baie-Comeau deviendra, le 12 septembre 1905, " Vicariat Apostolique du Golfe Saint-Laurent ". S'échelonnant sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, le " diocèse du Golfe Saint-Laurent " couvrira désormais le territoire compris entre les rivières Saguenay et Natashquan.

En 1946, le siège épiscopal se transporte à Baie-Comeau et l'église Sainte-Amélie devient la cathédrale Saint Jean-Eudes.

Le 17 avril 1948, Monseigneur Labrie fonde Hauterive.

En 1956, pour des raisons personnelles, il démissionne de ses responsabilités épiscopales. Retiré à Québec, il œuvre pendant plusieurs années dans l'organisme de la Propagation de la Foi. Monseigneur Gérard Couturier lui succédera en 1957 devenant ainsi le deuxième évêque du diocèse du Golfe Saint-Laurent.

On lui doit la construction de la cathédale de Hauterive. Dédiée à Saint Jean-Eudes, elle ouvre ses portes le 15 mai 1960. Le diocèse porte désormais le nom de Hauterive, nom de la nouvelle ville épiscopale. Ce changement de nom a été autorisé par le décret de la Sacrée Congrégation Consistoriale le 29 février 1960.

À cause de la maladie, en 1974, Monseigneur Couturier se voit dans l'obligation de démissionner. Il se retire à Sainte-Anne-des-Monts. Monseigneur Laurent Noël, évêque auxiliaire dans le diocèse de Québec, est nommé administrateur apostolique du diocèse de Hauterive.

Le 15 juin 1975, l'abbé Jean-Guy Couture, procureur du diocèse de Québec, est sacré évêque du diocèse de Hauterive par le cardinal Maurice Roy.

Le 31 juillet 1979, le chanoine Roger Ébacher quitte le diocèse d'Amos pour succéder à Monseigneur Couture, suite à la nomination de ce dernier comme évêque du diocèse de Chicoutimi.

Quelques années après la fusion des municipalités de Baie-Comeau et de Hauterive, après autorisation de la Congrégation pour les évêques, le 14 juillet 1986, le diocèse changera de nom pour prendre celui de Baie-Comeau.

En mai 1988, Monseigneur Roger Ébacher quitte Baie-Comeau pour devenir évêque du diocèse de Gatineau-Hull. Le Père Bernard Cantin, c.j.m., vicaire épiscopal, est nommé administrateur jusqu'à l'arrivée de Monseigneur Maurice Couture, s.v., en janvier 1986. Ce dernier quittera le diocèse de Baie-Comeau en mars 1990 pour devenir archevêque du diocèse de Québec.

Le 2 mai 1990, Monseigneur Pierre Morissette, évêque auxiliaire de Québec, succède à Monseigneur Couture et devient le sixième évêque du diocèse de Baie-Comeau. En septembre 2008, Mgr Morissette quitte Baie-Comeau pour devenir évêque du diocèse de St-Jérôme.

Le 11 mars 2009 a lieu l'inauguration du ministère pastoral de Monseigneur Jean-Pierre Blais qui devient ainsi le septième évêque du diocèse de Baie-Comeau.





Jean Eudes est né en 1601 dans le petit village de Ri situé en Normandie. À l'âge de quatorze ans, Jean est envoyé à Caen chez les Jésuites. Il s'y montre bon élève et fervent congréganiste de la Sainte Vierge. Il semble bien préparé pour devenir jésuite. Il devient plutôt oratorien.

Le cardinal de Bérulle, fondateur de l'Oratoire, a été le grand maître spirituel de Jean Eudes. Sous sa tutelle, le père Eudes s'initie à la mission. Il fait un travail remarquable. Ses succès sont retentissants, mais pas assez durables, faute de prêtres compétents et zélés pour entretenir la flamme.

À partir de 1641, Jean Eudes prend l'habitude de réunir les clercs à part pendant la mission. Mais cela ne suffit pas. Il faut ouvrir des maisons où les prêtres apprendraient les exigences de leur vocation : les séminaires. Ces séminaires accueilleraient non pas des adolescents, comme l'envisageait le Concile de Trente, mais des adultes candidats au ministère, dans le but de leur donner une formation spirituelle et pastorale.

Tel est le projet que forme Jean Eudes. Le père Eudes quitte l'Oratoire de Caen et, le 25 mars 1643, avec quelques prêtres, il fonde la Congrégation de Jésus et Marie (Eudistes). En plus de leurs activités apostoliques, telles les missions paroissiales à l'intérieur de la France, les prêtres de la jeune congrégation travaillent ardemment à la formation des prêtres.

Jean Eudes avait rencontré, au cours de ses missions, un certain nombre de filles et de femmes qui s'étaient livrées à la prostitution. En novembre 1641, après de nombreuses démarches, il fonde l'œuvre Notre-Dame-de-Charité pour le relèvement des prostituées.(1)

Apôtre passionné des Cœurs de Jésus et de Marie, ardent missionnaire, le message qu'il véhicula à son époque continue d'inspirer un grand nombre de personnes désireuses de vivre pleinement leur baptême. Selon les mots même de Jean Eudes, " Faire vivre et régner Jésus en nous " constitue le programme de toute une vie.

Jean Eudes meurt en 1680 à Caen, en Normandie, après avoir missionné beaucoup dans l'Ouest de la France et ouvert plusieurs séminaires en Normandie et à Rennes.

Un grand nombre d'Eudistes français et canadiens ont œuvré sur la Côte-Nord jusqu'à maintenant. Tout en travaillant dans les paroisses, ils portent la préoccupation de former de bons ouvriers et ouvrières de l'Évangile. Dans le sillage de Jean Eudes, deux d'entre eux, les Pères Julien-Marie Turbis, c.j.m., et Ferdinand Desrosiers, c.j.m., ont parcouru le diocèse, pendant trois ans, pour une mission paroissiale dans chacune des communautés. De paroisse en paroisse, ils s'arrêtaient pendant deux semaines. Ils exerçaient un ministère de prédication, de célébration des sacrements, d'évangélisation dans les familles, d'encouragement de la jeunesse et de soutien des personnes malades.

Monseigneur Napoléon-Alexandre Labrie, eudiste, premier évêque du diocèse de Baie-Comeau, a confié son diocèse à la protection de Jean Eudes. Il a donné à la cathédrale le nom de Saint Jean Eudes.

Jean Eudes fut canonisé en 1925.

1 - Extraits de : "Aux sources de l'École française de spiritualité"


Mot exact résultats par page


Diocèse de Baie-Comeau
639, rue de Bretagne
Baie-Comeau (Québec) G5C 1X2
Téléphone : (418) 589-5744 / Télécopieur : (418) 295-3145
diocese.bcomeau@cgocable.ca